Autres lois

Please, share this page

Lois populaires sur les espèces sauvages dans le cadre de la Loi pour l’aménagement de la faune aquatique et terrestre, 16 U.S.C. § 742l(k)(2).

La Loi sur la conservation de l’éléphant d’Afrique, 16 U.S.C. §§4201 et seq.
La loi a un moratoire sur l’importation de l’ivoire d’éléphant d’Afrique, ce qui rend l’importation d’ivoire d’éléphant africain brut illégale aux États-Unis à partir de n’importe quel pays à moins que certaines exceptions rares ne soient remplies.

La Loi de 1978 relative à la conservation de l’Antarctique, 16 U.S.C. §§2401 et seq.
Cette loi, qui s’applique à tous les citoyens des États-Unis qui se rendent en Antarctique et à toutes les expéditions en Antarctique au départ des États-Unis, a pour objectif de protéger les mammifères, les oiseaux, les plantes et leurs écosystèmes originaires de l’Antarctique en criminalisant certaines activités à moins qu’elles ne soient menées dans le cadre d’un permis.

La Loi sur la Convention relative aux ressources biologiques marines de l’Antarctique, 16 U.S.C. §§2431 et seq.
Cette loi protège la vie marine de l’Antarctique en interdisant l’expédition, le transport, l’offre de vente, la vente, l’achat, l’importation, l’exportation ou la garde, le contrôle ou la possession de toute ressource vivante marine de l’Antarctique (ou partie ou produit de celle-ci) récoltées en violation d’une mesure de conservation en vigueur à l’égard des États-Unis en vertu de la Convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique.

La Loi de 1973 relative aux espèces menacées (ESA), 16 U.S.C. §§1531 et seq.
L’ESA interdit la « prise » de toutes les espèces menacées inscrites de la faune aquatique et terrestre. En outre, la loi interdit l’importation, l’exportation, le commerce interétatique et le commerce extérieur de toutes les espèces menacées et en voie de disparition.

Les amendements de 1983 à la Loi sur le phoque à fourrure, 16 U.S.C. §§1151 et seq.
Les amendements de 1983 à la Loi de 1966 sur le phoque à fourrure ont continué à interdire (sauf dans les conditions spécifiées) la prise, y compris le transport, l’importation ou la possession de phoques à fourrure et de loutres de mer. La chasse aux phoques est autorisée par les Alouais, les Esquimaux et les Indiens à condition que les phoques soient capturés à des fins de subsistance.

La Loi d’application de 2015 en matière de pêche non réglementée, non déclarée et illégale, Pub.L. N° 114-81
Cette loi comprend plusieurs dispositions visant à empêcher les poissons capturés illégalement de pénétrer aux États-Unis et renforce les efforts visant à parvenir à des pêches durables partout dans le monde.

La Loi Lacey, 16 U.S.C. §§3371 et seq.
La Loi Lacey interdit le commerce des espèces sauvages, du poisson et des plantes qui ont été saisis, possédés, transportés ou vendus illégalement. La Loi exige également que les emballages contenant du poisson et des espèces sauvages soient marqués, conformément à la réglementation, et interdit le faux étiquetage du poisson et des espèces qui sont négociés.

La Loi de 1973 relative à la protection des mammifères marins (MMPA), 16 U.S.C. §§ 1361 et seq.
La MMPA interdit la « prise » de mammifères marins dans les eaux des États-Unis et par les citoyens des États-Unis en haute mer et l’importation de mammifères marins et de produits à base de mammifères marins aux États-Unis.

La Loi sur le traité relatif aux oiseaux migrateurs (MBTA), 16 U.S.C. §§703 et seq.
La MBTA interdit à quiconque de prendre, de posséder, d’importer, d’exporter, de transporter, de vendre, d’acheter, de troquer ou d’offrir en vue de la vente, d’acheter ou de troquer un oiseau migrateur ou une partie de ceux-ci, leurs nids, ou les œufs de ces oiseaux, sauf conformément aux termes d’un permis valide délivré en vertu de la réglementation fédérale.

La Loi sur la conservation des rhinocéros et des tigres, 16 U.S.C. §§5301 et seq.
Cette loi prévoit la conservation des rhinocéros et des tigres en interdisant la vente, l’importation et l’exportation de produits destinés à la consommation humaine ou à des applications contenant, ou étiquetés comme contenant, toute substance de rhinocéros ou de tigre.

La Loi interdisant le découpage des ailerons de requin, Pub.L. Nos. 106-557 et 109-479, 16 U.S.C. § 1822 note
La loi interdit à quiconque d’enlever les ailerons ou la queue d’un requin en mer ; de se voir confier, de contrôler, ou de posséder des ailerons découpés à bord d’un navire en mer ; de transférer ou recevoir des ailerons découpés d’un navire à l’autre en mer ; ou de débarquer des ailerons découpés ou toute carcasse de requin dont l’aileron est découpés.

La Loi relative à la conservation des oiseaux exotiques sauvages, 16 U.S.C. §§4901 et seq.

Cette loi limite l’importation d’espèces d’oiseaux exotiques pour s’assurer que leurs populations ne soient pas touchées par le commerce et porte sur la menace de la population des oiseaux sauvages non indigènes en raison de la demande des États-Unis. Cette loi comporte plusieurs exceptions limitées.


Autres lois visées par la Loi sur l’aménagement de la faune aquatique et terrestre, 16 U.S.C. § 742l(k)(2).

La Loi sur la chasse aéroportée, 16 U.S.C. § 742 j-1
Cette loi interdit de tirer ou de harceler un oiseau, un poisson ou un autre animal à bord d’un aéronef, sauf pour certaines raisons précises, dont la protection des espèces sauvages, du bétail et de la vie humaine, sous réserve d’une licence ou d’un permis émis par le gouvernement fédéral ou l’État. Les États autorisés à délivrer des permis sont tenus de déposer des rapports auprès du Secrétaire de l’Intérieur contenant des informations sur tout permis délivré.

La Loi américaine de 1998 sur les pêches, Pub.L. N° 105-277, Title II, §§201 et al.
Cette loi a accru de 51 pour cent à 75 pour cent le nombre de titulaires américains et de contrôles nécessaires pour qu’un navire de 100 pieds ou plus soit admissible à la constitution de dossier avec un permis de pêche. La loi a éliminé les exemptions pour les navires qui ne pouvaient pas satisfaire aux normes de citoyenneté antérieures à l’AFA, mettant progressivement hors service plusieurs des plus gros navires de pêche considérés comme destructeurs des ressources halieutiques et imposant des restrictions sur les types d’entités qui détiennent des hypothèques privilégiées sur les navires de 100 pieds ou plus de l’industrie de la pêche.

La Loi de 1990 relative à la protection de l’Antarctique, 16 U.S.C. §§2461 et seq.
Cette loi s’appuie sur des traités internationaux pour assurer la préservation de l’écosystème de l’Antarctique. La loi interdit l’engagement, le financement ou l’assistance à toute activité relative aux ressources minérales dans l’Antarctique.

La Loi sur la gestion coopérative des pêches côtières de l’Atlantique, 16 U.S.C. §§5101 et seq.
Cette loi de 1993 a présenté une nouvelle approche de la gestion coordonnée des pêches migratoires côtières le long de la côte atlantique en exigeant que tous les États de la côte atlantique inclus dans le plan de gestion des pêches de la Commission se conforment à certaines dispositions de conservation du plan. Si un État ne se conforme pas, le secrétaire au Commerce peut mettre en œuvre un moratoire dans les eaux de cet État pour la pêche des espèces en question.

La Loi de 1982 relative à la Convention sur le saumon de l’Atlantique, 16 U.S.C. §§3601 et seq.
Cette loi autorisait les États-Unis à participer à la Convention pour la conservation du saumon dans l’Atlantique Nord. En tant que signataire, les États-Unis étaient chargés d’instituer les règlements nécessaires à la réalisation des buts et objectifs de la Convention. En outre, la loi interdisait à toute personne ou navire soumis à la juridiction des États-Unis 1) de pêcher le saumon dans les eaux au large de douze miles à partir des lignes de base à partir de laquelle les largeurs des mers territoriales sont mesurées ou dans l’océan Atlantique au nord de 36 degrés de latitude nord, et 2) de violer toute disposition de la Convention, de la loi ou de tout règlement émis en vertu de la loi.

La Loi de 1984 relative à la conservation de bar rayé de l’Atlantique, 16 U.S.C. §§5151 et seq.
Cette loi visait à mettre en œuvre des mesures de conservation rigoureuses le long des États côtiers de l’Atlantique, en collaboration avec la Commission des pêches maritimes des États de l’Atlantique (ASFMC). Si l’ASFMC constate qu’un État côtier ne se conforme pas au Plan pour le bar rayé de l’Atlantique, le secrétaire au Commerce peut imposer un moratoire au bar rayé dans les eaux de cet État non conforme.

La Loi de 1975 relative à la Convention sur les thonidés de l’Atlantique, 16 U.S.C. §§971 et seq.
La présente loi autorise le secrétaire au Commerce à administrer et à faire appliquer toutes les dispositions de la Convention internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) dont les États-Unis font partie. Chaque année, l’organe scientifique de la CICTA effectue des évaluations des stocks de différentes espèces de thonidés de l’Atlantique, d’espadon et de poissons-porte-épée. Sur la base des résultats des évaluations des stocks, les pays membres négocient des quotas et d’autres recommandations de gestion pour ces espèces. Idéalement, les recommandations de gestion reconstituent les stocks surexploités et permettent une pêche durable de ces espèces à travers l’océan Atlantique, mais aussi la mer Méditerranée, la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique. Si la CICTA adopte les recommandations, les États-Unis doivent les mettre en œuvre en vertu de la Loi sur la Convention sur les thonidés de l’Atlantique.

La Loi sur la protection de l’aigle à tête blanche et de l’aigle royal, 16 U.S.C. § 668
Cette loi, adoptée initialement en 1940, prévoit la protection de l’aigle à tête blanche et de l’aigle royal (telle que modifiée en 1962) en interdisant la prise, la possession, la vente, l’achat, le troc, l’offre de vente, d’achat ou de troc, le transport, l’exportation ou l’importation de tout aigle à tête blanche ou dorée, vivants ou morts, y compris toute partie, nid ou œuf, sauf autorisation de permis. Les règlements ont défini le terme « prise » de façon générale pour inclure poursuivre, tirer sur, empoisonner, blesser, tuer, capturer, piéger, recueillir, molester ou déranger.

Certificat d’origine légale pour les produits à base de poissons anadromes, Pub.L. N° 101-627, 16 U.S.C. § 1822 note
Les poissons anadromes sont des espèces de poissons marins qui migrent chaque année vers une zone de frai. Cette loi exigeait que le secrétaire du Commerce à promulguer des règlements prévoyant la délivrance de certificats d’origine légale attestant que les poissons anadromes et les produits de la pêche ont été légalement pêchés. Le non-respect de ces règles peut conduire à l’imposition de sanctions commerciales.

La Loi de 1980 relative aux ressources minérales durables des fonds marins, 30 U.S.C. §§1401 et seq.
Cette loi établit le régime juridique des États-Unis pour l’exploration et la valorisation des ressources minérales dans les fonds marins, en attendant l’adoption par les États-Unis d’un régime international tel que la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). La loi établit un processus de délivrance de permis et de permis pour l’exploration et la récupération de ressources minérales pour des entités relevant de la juridiction des États-Unis. Avant de délivrer ou de transférer une licence ou un permis, l’administrateur de la NOAA doit constater que l’exploration ou la récupération commerciale proposée ne nuira pas de façon déraisonnable à l’exercice des libertés de la haute mer par d’autres États, ne contreviendra à aucune obligation internationale des États-Unis, ne saurait vraisemblablement entraîner un effet négatif important sur la qualité de l’environnement et ne constituera pas une menace exagérée pour la sécurité de la vie humaine et des biens en mer.

La Loi relative à l’information des consommateurs sur la protection des dauphins, 16 U.S.C. § 1385
Cette loi a établi les conditions pour la protection des dauphins par les navires océaniques lors de la récolte du thon avec des filets à senne coulissante. Elle prévoit des normes d’étiquetage pour les produits de thon qui sont exportés ou mis en vente aux États-Unis, et il pénalise la non-conformité.

La Loi sur la surveillance, l’évaluation et le contrôle de l’impact du filet dérivant, Pub.L. N° 100-220 et 104-208, 16 U.S.C. § 1822 note
Cette loi a été adoptée pour lutter contre la capture accidentelle d’oiseaux et de mammifères marins due à la pêche au filet dérivant. La loi appelait à des négociations avec les pêches nationales au filet dérivant dans le Pacifique Nord, afin d’établir des accords de surveillance et d’exécution à partir du 29 juin 1989 ou pour faire face à des sanctions commerciales. La loi a également abordé le contrôle des déchets de filets dérivants et a chargé le Secrétaire du Commerce de mettre en place un système de primes pour récompenser financièrement les personnes qui ramènent les filets dérivants perdus, abandonnés ou jetés.

La Loi sur la promotion des poissons et fruits de mer, 16 U.S.C. §§4001 et seq.
Cette loi visait à renforcer la position concurrentielle de la pêche commerciale aux États-Unis et à l’étranger en encourageant le développement et l’utilisation de toutes les espèces de poissons disponibles pour la récolte et la promotion de l’utilisation du poisson produit au pays.

La Loi de 1967 relative à la protection des pêcheurs, 22 U.S.C. §§1971 et seq.
Cette loi autorise le Président à imposer une interdiction d’importer des marchandises en provenance de pays qui entreprennent des actions qui diminuent l’efficacité des efforts internationaux de conservation des pêches ou tout programme international espèces menacées et en voie de disparition.

La Loi sur les sanctuaires marins nationaux et les principales protections des Keys de Floride, Pub.L. N° 101-605
Cette loi a désigné le sanctuaire marin national des Keys de Floride englobant les sanctuaires maritimes nationaux Key Largo et Looe Key qui ont été désignés respectivement en 1977 et 1981 en vertu de la NMSA.

La Loi de 1992 relative à la lutte contre les pêches en haute mer, Pub.L. N° 102-582
Cette loi exige que le secrétaire du Commerce identifie toute nation qui mène une pêche à grande échelle au filet dérivant ou la pêche INDNR au-delà de la zone économique exclusive de toute nation. Le président doit alors consulter cette nation pour obtenir un accord afin de mettre un terme à l’activité. Si les consultations échouent dans les 90 jours, le secrétaire au Trésor sera chargé d’interdire l’importation de poisson, de produits de la pêche et de matériel de pêche sportive de cette nation dans les 45 jours.

La Loi sur la conformité de la pêche en haute mer, 16 U.S.C. §§5501 et seq.
Cette loi a mis en œuvre l’Accord de 1993 de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) visant à promouvoir le respect des mesures internationales de conservation et de gestion par les navires de pêche en haute mer et a mis en place un système d’autorisation, de déclaration et de réglementation pour les navires des États-Unis qui sont engagés dans cette pêche. Aucun navire de pêche américain ne doit procéder à des opérations de récolte en haute mer, à moins que le navire n’ait à bord un permis valide délivré en vertu de la présente loi.

La Loi sur la conservation et la gestion des pêches de Magnuson-Stevens, 16 U.S.C. §§1801-1884
La Loi Magnuson-Stevens, la loi principale régissant la gestion des pêches maritimes dans les eaux fédérales américaines, vise à prévenir la surpêche, à reconstituer les stocks surexploités, à accroître les avantages économiques et sociaux à long terme et à assurer un approvisionnement sûr et durable en fruits de mer.

La Loi sur le chasse et la conservation des oiseaux migrateurs, 16 U.S.C. § 718a-k
Cette loi, communément appelée la « Loi Duck Stamp », exige que chaque chasseur d’oiseaux aquatiques de 16 ans ou plus, possède un timbre de chasse fédéral valide. Les reçus de la vente du timbre sont déposés sur un compte spécial du Trésor connu sous le nom de Fonds pour la conservation des oiseaux migrateurs, et ne sont pas soumis à des crédits. Un concours est organisé chaque année par le Service américain de la faune aquatique et terrestre afin de sélectionner la conception du timbre

La Loi sur les sanctuaires marins nationaux (NMSA) 16 U.S.C. §§1431 et seq.
La NMSA autorise le secrétaire du commerce à désigner et à protéger des zones du milieu marin ayant une importance nationale particulière et à gérer/conserver ces zones en qualité de système national de sanctuaires marins. La NMSA donne au programme le pouvoir de publier des règlements pour le système dans son ensemble et pour chaque sanctuaire.

La Loi de 1997 relative à l’aménagement national du système refuge des espèces sauvages, 16 U.S.C. § 668dd
La loi modifie la législation sur l’administration des systèmes de refuge faunique de 1966 de sorte qu’elle fournisse une « loi organique » pour le système national de refuge faunique. Cette loi stipule d’abord que la mission du Système national de protection des espèces sauvages doit être axée sur la conservation de ces dernières. La loi comprend une mission fédératrice pour le système de refuge, un nouveau processus pour déterminer les utilisations compatibles des refuges et exige la préparation de plans de conservation complets. La Loi exige également du secrétaire de l’Intérieur qu’il maintienne l’intégrité biologique, la diversité et la santé environnementale du système de refuge.

La Loi de 1992 relative à la Convention sur les stocks anadromes du Pacifique Nord, 16 U.S.C. §§5001 et seq.
Cette loi met en œuvre la Convention pour la conservation des stocks anadromes dans l’océan Pacifique Nord, ratifiée à Moscou en 1992. La loi oblige le secrétaire au Commerce à administrer les dispositions de la Convention, de la présente loi et des règlements pris en application de la présente loi et à coordonner la participation des États-Unis à la Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord, établie par la Convention.

La Loi de 1982 relative au flétan du Pacifique Nord, 16 U.S.C. § 773
En vertu de cette loi, il est illégal pour toute personne soumise à la juridiction des États-Unis de violer une disposition de la Convention entre les États-Unis et le Canada pour la préservation de la pêche au flétan de l’océan Pacifique septentrional et de la mer de Béring ou de tout règlement adopté en application de la convention.

La Loi de 1980 relative à la conservation de l’énergie thermique océanique (OTEC), 42 U.S.C. §§9101 et seq.
La présente loi autorise la NOAA à délivrer des licences pour la propriété, la construction et l’exploitation d’installations commerciales de conversion d’énergie thermique océanique (OTEC). Toutefois, les projets de démonstration et les installations d’essai sont exemptés des exigences de licence de la NOAA.

La Loi de 1985 relative au Traité sur le saumon du Pacifique, 16 U.S.C. §§3631 et seq.
La présente loi donne effet au Traité entre les États-Unis et le Canada concernant le saumon pacifique. Le traité comprenait deux objectifs : 1) prévenir la surpêche ; et 2) assurer une production optimale et un partage équitable de la récolte du saumon. Pour atteindre ces objectifs, le Traité établit un processus pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des régimes de gestion des pêches fondés sur la science.

La Loi de 1988 relative au thon du Pacifique Sud, 16 U.S.C. §§781 et seq.
La présente loi donne effet au Traité sur la pêche conclu entre le Gouvernement de certains États insulaires du Pacifique et le Gouvernement des États-Unis d’Amérique, signé à Port Moresby, en Papouasie — Nouvelle-Guinée, le 2 avril 1987. Le Traité, signé avec les gouvernements de 16 pays insulaires du Pacifique et un territoire, offre aux navires à senne coulissante l’accès à la pêche dans les eaux nationales de ces Parties du Pacifique (PdP). Les demandes de licence doivent être déposées auprès du secrétaire au Commerce par les exploitants de navires et doivent désigner un agent de signification de la procédure devant être situé à Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La Loi de 1906 relative aux éponges, 16 U.S.C. §§781 et seq.
Cette loi rend illégales la prise, la capture ou la vente des éponges commerciales ayant moins de 5 pouces de diamètre lorsqu’elles sont mouillées. Elle s’applique dans le golfe du Mexique et le détroit de Floride.

La Loi de 1996 sur les pêches soutenables, Pub.L. N° 104-297, 16 U.S.C. §§1801 et seq.
Cette loi a modifié la Loi sur la conservation et la gestion des pêches de Magnuson-Stevens. Elle a apporté des changements importants, notamment en exigeant que la surpêche et la surexploitation soient quantitativement définies, en exigeant que des plans soient adoptés pour les espèces surexploitées afin de leur permettre de se rétablir à des niveaux cibles spécifiques en dix ans et en ajoutant la promotion de la protection des « Habitats ».

La Loi de 1950 relative à la Convention thonière, 16 U.S.C. § 951 et seq.
Cette loi a mis en œuvre la Convention pour la création d’une Commission interaméricaine du thon tropical (CITT), signée en 1949 par les États-Unis et le Costa Rica. La CITT est une organisation régionale de gestion des pêches qui conserve les espèces de thon prises par les navires de pêche dans l’océan Pacifique tropical est.

La Loi de 1949 relative à la Convention sur la chasse à la baleine, 16 U.S.C. § 916
Cette loi interdit à toute personne soumise à la juridiction des États-Unis de pratiquer la chasse à la baleine en violation de la Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine ou de tout règlement de la Commission baleinière internationale ou de tout règlement promulgué par le secrétaire au Commerce en vertu de la présente loi. Il est interdit de pratiquer la chasse à la baleine sans avoir préalablement obtenu du secrétaire au commerce une licence ou un permis scientifique approprié.
USAID contribue à financer cette page.

 

Use Qui Tam Read FAQ